Blogue de la géomatique du MSP

Articles étiquettés “Service web (OGC)”

Le rôle de la géomatique durant la période des inondations printanières 2017

inondation avertissement En avril et mai 2017, un épisode d’inondations inégalé depuis 1974 a frappé plusieurs régions fortement habitées du sud du Québec. Ces zones inondées de plusieurs centaines de kilomètres carrés ont dépassé la récurrence de 100 ans, notamment en bordure du lac des Deux-Montagnes, du lac Saint-Pierre ainsi que des rivières des Prairies, des Mille-Îles et des Outaouais.

inondation avertissement

Pour les régions grandement touchées de l’Outaouais, de la Montérégie, des Laurentides, de Lanaudière, de la Mauricie, de Montréal, de Laval, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de la Côte-Nord et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, plusieurs données géospatiales ont été produites ou captées. Au cœur des opérations et des décisions se trouve l’information géospatiale qui permet de documenter, localiser et suivre l’évolution des inondations.

inondation avertissement

La majorité des données ont été diffusées sur le Web sans restriction d’accès. Cela a permis une consultation nettement plus répandue des données géospatiales. Par exemple, entre le 1er et le 18 mai derniers, les serveurs Web de géomatique au MSP ont reçu plus de 45 millions de requêtes, dont 7 millions pour la seule journée du 8 mai, au plus fort des inondations, ce qui correspond à environ 100 requêtes par seconde.

Des travaux se poursuivront durant la phase actuelle de rétablissement, notamment pour déterminer avec plus de certitude la crue maximale historique en utilisant les polygones d’étendue d’eau et en les bonifiant avec les validations sur le terrain qui seront faites dans les prochains mois.

Au cours du mois de mai, le MSP a également pu tester une toute nouvelle application cartographique adaptée pour les appareils mobiles et développée à partir d’une solution gouvernementale appelée Infrastructure de géomatique ouverte 2.0 (IGO2) afin de suivre l’évolution des événements.

Pour plus d’information, veuillez consulter l’article complet dans le Québec géographique.

Lire plus

Localisation des événements de sécurité civile et cartes interactives avec IGO à Géomatique 2016

Vous avez déjà été intéressé de connaître les récents événements de sécurité civile (ex. glissement de terrain) à proximité de votre résidence ? Vous êtes intéressés de connaître l’essence d’arbre dominant à proximité de votre chalet ou de votre parc de quartier ? Et bien, cette information est maintenant disponible et ce, gratuitement dans des cartes interactives IGO (Infrastructure géomatique ouverte) disponibles dans le portail Données Québec depuis quelques jours. Ces annonces font suite au colloque de Géomatique 2016 où ces données ont été présentées aux participants.

L’historique des événements de sécurité civile colligés par le MSP a été publiée durant cette semaine afin d’être présentée à l’événement Géomatique 2016 qui regroupait plus de 600 personnes du domaine à Montréal. Il est maintenant possible de voir ces événements dans la carte interactive IGO disponible ici : https://www.donneesquebec.ca/igo/apercu/?layeractif=vg_observation_v_autre_wmst et de faire une recherche avec l’outil de localisation par adresse en utilisant le panneau de gauche. Les événements peuvent également être affichés sur un intervalle de temps en sélectionnant une date de début et une date de fin en faisant un clic droit de souris sur le nom de la couche dans l’arborescence.

Ces archives des historiques des événements sont consignées à la Direction des opérations (DO) du MSP. Les données proviennent des rapports d’événement et des rapports de situation qui ont été produits par le Centre des opérations gouvernementales (COG) et par les directions régionales du MSP. On y trouve entre autres :

  1. Des observations inscrites directement dans le Géoportail du MSP par les conseillers en sécurité civile des directions régionales;
  2. Une compilation des renseignements consignés dans les rapports d’événement du COG et des rapports de situation de la DO diffusés aux partenaires du MSP depuis 2000;
  3. Une compilation des informations contenues dans les dossiers des directions régionales. Il peut s’agir d’informations sur papier, de rapports d’événement ou de visites terrain, de cartes papier ou numériques, etc.
evenement_sc
Localisation des événements de sécurité civile

Ces informations consignées dans cette base de données sont conformes au Profil canadien du Protocole d’alerte commun (PC-PAC). Le PC-PAC est un ensemble de règles et de valeurs contrôlées qui permettent d’appuyer la traduction et la composition d’un message pour rendre possible son envoi par différents moyens et à partir de différentes sources.

En ce qui a trait à la présence du MSP au colloque de Géomatique 2016, à part les données de sécurité civile, le projet IGO a également été présenté ainsi que les évolutions à venir depuis son lancement en 2015 de cette première solution gratuite et libre en géomatique de l’administration publique : http://www.slideshare.net/igouverte/le-trio-gagnant-digo-communaut-mise-en-commun-et-services-web-gomatique-2016 À part le MSP, la présence gouvernementale a été également importante, elle regroupait notamment au salon de l’exposition les participants suivants :

  • Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire;
  • Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles;
  • Ministère de la Sécurité publique;
  • Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

IMG_0201_geomatique2016

Enfin, la Direction des inventaires forestiers du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a également publié une carte interactive présentant les données écoforestières du Québec avec le même outil IGO. Cette carte interactive donne un aperçu global et à jour des produits et données écoforestières du Québec, dont la carte écoforestière. En utilisant le panneau de gauche, il est donc possible de faire une recherche avec l’outil de localisation et les essences d’arbre dominants dans un secteur particulier en interrogeant la couche des « Peuplements forestiers ».

WMS

Il est donc possible de visualiser et d’interroger chaque élément, d’en obtenir une description simplifiée et de créer des cartes personnalisées. De plus, cette carte interactive permet le téléchargement de certaines données actuellement diffusées gratuitement (ex. : classification écologique du territoire québécois). Ces données gratuites sont aussi téléchargeables sur le site Données Québec qui inclus également des données ouvertes du gouvernement du Québec et des grandes villes.

Lire plus

Carte interactive et service de cartographie Web (WMS) des données écoforestières du Québec

tablette-peuplementLa Direction des inventaires forestiers du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) du Québec vient d’annoncer qu’une nouvelle carte interactive et un service de cartographie Web (WMS) présentant les données écoforestières du Québec sont maintenant accessibles à tous! Fini le temps où il était impossible de visualiser la carte écoforestière en ligne, ce temps est révolu. Ces nouveaux services Web (infrastructure de service et interface de cartographie) sont constitués de divers logiciels libres (“Open source”) et maintenus par la communauté interministérielle IGO (Infrastructure Géographique Ouverte), dont fait partie également le MSP. Plusieurs ministères et organismes provinciaux ont déjà implanté la solution Web IGO pour leurs besoins en cartographie. D’ailleurs, le MFFP est devenu un des deux nouveaux partenaires d’IGO cet été et fait maintenant partie du comité technique d’IGO afin de contribuer à la mise en commun des efforts et l’évolution de la solution.

La carte interactive dans le navigateur IGO présente une interface conviviale qui donne un aperçu global et à jour des produits et données écoforestières du Québec, dont la carte écoforestière. Il est possible de visualiser et d’interroger chaque élément, d’en obtenir une description simplifiée et de créer des cartes personnalisées. De plus, cette carte interactive permet le téléchargement de certaines données actuellement diffusées gratuitement (ex. : classification écologique du territoire québécois). Ces données gratuites sont aussi téléchargeables sur le site Données Québec des données ouvertes du gouvernement du Québec. Lorsque l’accès à la donnée est payant (ex. : carte écoforestière), la façon d’y accéder est détaillée dans la fiche descriptive du produit.

swc-services-web-cartographiquesUne fois les données écoforestières diffusées sur le Web, elles peuvent être récupérées et intégrées à d’autre logiciel d’information géographique (SIG) ou à un SIG Web (solution en ligne). L’adresse URL de ce service de cartographie Web (WMS) est maintenant offerte à tous. Cependant, son utilisation optimale nécessite des connaissances spécifiques en informatique et s’adresse à une clientèle plus spécialisée. Cette solution portable permet une consultation en temps réel dans une application SIG des données écoforestières du Québec. Ce service répond aux standards OGC (Open Geospatial Consortium).

C’est facile !!! Juste un clic pour y accéder.

Pour toute question, n’hésitez pas à communiquer avec la Direction des inventaires forestiers ou à vous inscrire à l’infolettre de cette direction.

Source : http://mffp.gouv.qc.ca/carte-interactive-service-cartographie-web-wms-donnees-ecoforestieres-quebec/

Lire plus

IGO : lancement du premier logiciel libre en géomatique au gouvernement du Québec !

En ce 13 août, le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) est heureux d’annoncer officiellement dans un communiqué la mise en ligne d’IGO (Infrastructure géomatique ouverte), le premier logiciel gratuit en géomatique utilisant une licence libre en français produite par l'administration publique québécoise. IGO permet de tirer profit d’une multitude de données géographiques grâce à une interface cartographique accessible par un navigateur Web.

Cette interface est destinée notamment aux partenaires du MSP, comme les centres d'urgence 9‑1‑1, les organisations municipales et régionales en sécurité civile et incendie, mais aussi aux autres organisations de l'administration publique québécoise voulant mettre en valeur leurs données géographiques. À titre d'exemple, on peut voir dans le site de données ouvertes du gouvernement du Québec, accessible à données.gouv.qc.ca, les casernes de pompiers faisant partie de la base de données du MSP, les sites et immeubles patrimoniaux répertoriés au Québec, les territoires agricoles, les îlots de chaleur et les villages relais où IGO est utilisé comme solution Web en géomatique pour visualiser les données.

Fonctionnalités supportées et en développement

  • Navigation cartographique
  • Service de géolocalisation et d’itinéraires
  • Requêtes spatiales
  • Mises à jour en ligne des données géographiques
  • Gestion de la sécurité et interface d'administration
  • Conférence sur carte et clavardage en temps réel

Mis en œuvre au départ par des spécialistes en géomatique du MSP et par la suite en collaboration avec des experts de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), cet outil a attiré l’attention d’autres ministères et organismes gouvernementaux. Cet intérêt, qui s’est traduit par la mise en place d’un réseau d’échanges entre le MSP, l’INSPQ, le ministère de la Culture et des Communications, la Financière agricole du Québec, le ministère des Transports, la Commission de protection du territoire agricole du Québec et le Centre de services partagés du Québec, a mené à la création commune de cette solution Web gratuite en géomatique adaptée aux besoins de la communauté qui en est membre.

Toute la communauté géomatique ainsi que les entreprises, les municipalités, les développeurs et même les citoyens peuvent en profiter. De plus, les internautes de partout dans le monde sont encouragés à contribuer à IGO de plusieurs façons en vue de l’améliorer, et ce, au bénéfice de ses utilisateurs. Ainsi, par son développement basé sur un modèle collaboratif de code source libre (open source), il demeure en constante évolution.

Si vous avez des questions sur IGO, veuillez d’abord vous référer à la foire aux questions (FAQ) à ce sujet au www.igouverte.org/faq/. L’espace de partage du code source a été déposé dans le site d’hébergement le plus répandu au monde, soit GitHub notamment pour faciliter les contributions externes.

N’hésitez pas à communiquer avec l’équipe d’IGO pour plus d’information : info(a)igouverte.org ou à vous inscrire à la liste courriel publique : http://listes.securitepublique.gouv.qc.ca/sympa/info/igo-publique.

Pour en savoir plus sur IGO ou contribuer à son développement, vous pouvez consulter son site Web: www.igouverte.org/contribuer/

Mentionnons finalement qu’IGO respecte les standards ouverts internationaux en géomatique et s'appuie sur des logiciels libres existants dans l'industrie.

Source et compléments d'informations :

Communiqué du MSP : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/salle-presse/communiques/communiques.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=12517

Site web IGO : http://igouverte.org/

Lire plus

Un nouveau service géomatique en incendie

Une nouveauté s’insère au service géomatique du Ministère de la Sécurité publique ce printemps. Une plate-forme interactive destinée aux intervenants du domaine de l’incendie est maintenant disponible.

Ce nouvel outil permettra aux organisations municipales et régionales en sécurité incendie d’avoir accès à plusieurs sources de données gouvernementales et privées offrants plus de 400 couches d’informations avec des mises à jour fréquentes. Les services de sécurité incendie pourront participer activement à l’édition de leurs données et réaliser des analyses dans un environnement convivial et sécurisé. Les données de ce système qui sont de nature publique sont disponibles à tous les internautes par le site de données ouvertes du gouvernement du Québec, notamment les casernes incendies.  Si le grand public y trouve des anomalies, il est invité à contacter le point de contact : soutien-incendie(a)msp.gouv.qc.ca qui se fera un plaisir d’y répondre et d’intégrer les changements au besoin. Voilà un bel exemple d’esprit de collaboration ouverte entre le gouvernement et la société civile (ex. citoyens, entreprises, municipalités et ONG).

Le portrait des organisations municipales en sécurité incendie est en constante évolution. Cet outil de visualisation cartographique et d’édition en ligne assurera que la clientèle puisse être en mesure de puiser des informations à partir d’une base de données unique et d’en valider son contenu afin d’y apporter une mise à niveau lorsque requis. Cette plate-forme Incendie se base sur les acquis de géomatique au MSP, tels que les données ouvertes, les standards ouverts, G.O.LOC, et son évolution à travers IGO.

Responsable du dossier : Lynn Delisle Conseillère en sécurité incendie à la direction régionale de la sécurité civile et incendie du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord soutien-incendie(a)msp.gouv.qc.ca

Lire plus

La ville de Lac-Mégantic vue du ciel : du 10 juillet 2013 au 3 novembre 2014

Le 6 juillet 2013, un train de 72 wagons transportant 100 tonnes de pétrole brut chacun a explosé à Lac-Mégantic. Des images des satellites Pléiades ont été acquises par le MSP et ses partenaires afin de suivre les travaux terrain de la phase de rétablissement. Ces images optiques à 50 cm de résolution ont été acquises pour les dates suivantes : 13 juillet, 29 juillet, 2 août, 15 août, 24 août, 6 septembre, 17 septembre, 30 septembre 2013, 4 novembre 2013, 2 juillet 2014, le 12 octobre 2014 et le 3 novembre 2014. Ces images ont été mises à la disposition du grand public par l’entremise du site de données ouvertes du gouvernement du Québec : http://www.donnees.gouv.qc.ca/?node=/donnees-details&id=93f1534d-65f3-4a56-b798-993874c211d9 ainsi qu’aux partenaires du MSP dans cette phase de rétablissement. Les changements sur le terrain depuis le 10 juillet 2013 jusqu’au 3 novembre 2014 peuvent être identifiées avec les séquences par date de prise d’images.

Inclus du matériel © CNES  2014, Distribution Astrium Services / Spot Image Corporation, États-Unis, tous droits réservés.

Ces images optiques des satellites Pléiades-1A ou Pléiades-1B permettent de voir l’évolution des travaux de rétablissement au centre-ville de Lac-Mégantic, près du site de l’accident survenu le 6 juillet 2013. Ces images ont également servi à la réalisation d’un projet de produits et services d’information rapides (PSIR/RIPS) de l’Agence spatiale canadienne en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique, Sécurité publique Canada et MDA.

Lire plus

Le Service web de géolocalisation et les requêtes (x, y) GPS

Le version du service web de localisation (GLO) du MSP est disponible depuis 2010 pour tous nos partenaires en sécurité publique afin de se situer rapidement sur le territoire à l’aide de données fiables et officielles dans toutes sortes de situations (ex. mesures d’urgence, 9-1-1). Une clé est requise pour chaque partenaires du MSP en fonction des types de recherche possibles (adresses, lieu et bornes), selon les ententes conclues avec nos partenaires qui nous partagent leurs données dans ce service web.

Par contre, il est possible d’envoyer des requêtes de type GPS (ou coordonnées X, Y) au GLO avec une clé publique d’accès (cle=public) en vue d’obtenir la municipalité et la localité correspondantes. Cette recherche est ouverte telle quelle au grand public dans le service web GLO, sans aucune garantie légale. Il peut être réutilisé par une clientèle bien différente à laquelle ce service GLO avait été prévue au départ. Dernièrement, un journaliste de données a utilisé le service du GLO pour un besoin de localiser par municipalités des coordonnées X, Y de points d’intérêt. Ce code source ouvert qui fait des requêtes GPS en lots au GLO a été partagé sur un dépôt public.

Voici un exemple de requête GPS (il s’agit de faire varier en gras les coordonnées X, Y en latitude et longitude) : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/Services/glo/V5/gloServeurHTTP.php?type=gps&cle=public&texte=GPS%20-70.857655,45.864635&epsg=4326&format=xml pour obtenir le résultat voulu en XML.

La documentation en ligne pour plus de détails sur le service GLO est disponible ici : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/accueil/aideglo.htm

Le GLO a également été intégré à un service applicatif de géomatique dans le site de données ouverte du gouvernement du Québec (voir le premier lien et la panneau “Outil de localisation”) qui permet de localiser sur une carte le résultat du GLO : http://www.donnees.gouv.qc.ca/?node=/applications-geomatique

Si vous utilisez le GLO, n’hésitez pas à nous écrire pour partager vos projets : geomsp(a)msp.gouv.qc.ca

Lire plus

Télédétection : préparation aux tempêtes et ses impacts sur les zones côtières

Les tempêtes côtières peuvent causer d’importants impacts environnementaux et socio-économiques (c.-à-d. crues et inondations, dommages aux infrastructures, érosion des côtes et des berges et perte de terrains riverains, glissements de terrain, etc.). Au Québec, ces impacts sont particulièrement importants le long du littoral du fleuve Saint-Laurent, entre la ville de Québec et le golfe du Saint-Laurent. Les risques associés à ces aléas sont susceptibles de s’amplifier au cours des prochaines années en raison des changements climatiques. Le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) a le mandat de coordonner l’action des ministères et organismes du gouvernement du Québec en prévision, préparation et réponse aux urgences et sinistres majeurs et ce, afin d’assurer la sécurité de la population des biens et des services. De plus, le MSP doit s’assurer de fournir des services de vigie, d’information, d’alerte et de communication dans le domaine de la gestion des désastres. Dans le cadre du projet « RIPS » (Rapid Information Products and Services) , la Division des Applications et Utilisations en Observation de la Terre de l’Agence spatiale canadienne a travaillé en étroite collaboration avec le MSP et la firme montréalaise Effigis Géo-Solutions afin de développer un plan d’acquisition d’images du satellite canadien RADARSAT-2. L’intérêt d’avoir une couverture complète réside dans la possibilité de combiner l’image existante d’une région donnée avec une autre de la même région, acquise suite à une tempête, pour détecter les changements. L’acquisition de nouvelles images avec des caractéristiques identiques ou très similaires à celles qui existent, à la suite d’une tempête ayant causé d’importants dégâts, permettrait aux autorités de qualifier et quantifier les dommages. Des recherches ont été effectuées dans les archives des images radar et optiques (différentes résolutions) sur le territoire du Québec (zones d’intérêt du MSP, zones à risque). L’index, les informations et les métadonnées de la couverture des images satellite seront intégrés dans les outils et services de cartographie en ligne du MSP (GOLOC, site de données ouvertes du gouvernement du Québec, service cartographique Web, etc.) afin d’optimiser la gestion des risques et la réponse face à de futurs sinistres côtiers. La région d’intérêt du projet s’étend à toutes les zones côtières le long du fleuve Saint-Laurent, dans les limites de la province de Québec. Cette région contient également toutes les îles du fleuve et de l’estuaire. Enfin, un poster sur ce projet avait été présenté au 15e Congrès de l’Association Québécoise de Télédétection, les 25-27 septembre 2013 à Rimouski.

Source d’informations :

Lire plus

Le MSP présentera le projet gouvernemental IGO au S2LQ

C’est sous le thème “Le Logiciel Libre, carburant de l’économie du XXIème siècle” qu’aura lieu le 17 septembre prochain à l’Espace Dalhousie de la ville de Québec l’édition 2014 du Salon du Logiciel Libre du Québec. L’événement est organisé par l’APELL et le Centre d’expertise en logiciel libre du Centre de services partagés du Québec.

s2lq-logo2014

Dans le programme entre 11h15 - 12h00 , François Gourdeau, Conseiller senior en architecture dans l’équipe géomatique du MSP, présentera un des derniers projets gouvernementaux en géomatique, dans lequel le MSP s’est impliqué, soit : Infrastructure de géomatique ouverte (IGO) : Un modèle inspirant de développement inter-organisation.

Voici une brève description de la présentation :

G.O LOC est un projet géomatique développé à partir de logiciels libres par le MSP depuis 2008 et utilisé par une dizaine de partenaires. G.O. Loc consolide plusieurs centaines de couches d’information provenant de plus d’une soixantaine de ministères et organismes dans une seule architecture orientée service. Il propose, entre autres, un navigateur géographique, des services communs et standards, tel que le service de localisation (GLO) et les services web de carte (WMS, WFS).

Le projet IGO (Infrastructure géomatique ouverte) est une évolution du projet G.O. Loc du MSP avec l’objectif d’en faire un projet commun, modulaire, basé sur les logiciels libres et avec un modèle de gouvernance ouverte inter-organisationnel. À terme, le MSP devient un partenaire comme les autres à l’intérieur de ce projet de géomatique libre et ouvert au sein du gouvernement du Québec. La présentation traitera de l’expérience du projet IGO, son modèle de gouvernance et montrera comment le logiciel libre a pu faciliter la démarche et l’intégration d’IGO dans les solutions déjà en place chez les partenaires, qu’elles soient libres ou propriétaires.

Source : http://www.s2lq.com/conference/infrastructure-de-g%C3%A9omatique-ouverte-igo-un-mod%C3%A8le-inspirant-de-d%C3%A9veloppement-inter-organ

Lire plus

Le MSP officiellement membre de l'OGC

Depuis ce début juin 2014, le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) est devenu membre du consortium international pour le développement et la promotion des standards ouverts en géomatique : l’Open Geospatial Consortium (OGC). Le MSP devient le 3e membre du gouvernement du Québec après le Ministère des transports du Québec (MTQ) et le Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) - Direction générale de l’information géographique.

ogc_associate_member

L’OGC a fait ses preuves et de plus en plus d’organisations se joignent à ce regroupement d’acteurs concernés afin de développer et promouvoir des standards ouverts garantissant l’interopérabilité dans le domaine de la géomatique et de l’information géographique. De par l’OGC, il existe maintenant une coopération entre les développeurs, les fournisseurs privés et les utilisateurs pour la progression de ces standards. Ainsi, le MSP adhère à cette philosophie en devenant membre de l’OGC, car nous croyons que nous pourrons contribuer à cette communauté, particulièrement dans les groupes d’intérêts relatifs à la gestion des catastrophes et des mesures d’urgence.

Cette implication, comme membre de l’OGC, est également cohérente avec l’actuelle participation du MSP à des travaux en matière d’interopérabilité au Québec et avec le reste du Canada. Ces travaux s’inscrivent dans la Stratégie d’interopérabilité des communications pour le Canada (SICC) où des priorités pancanadiennes pour améliorer le bilan des organisations en matière d’interopérabilité sont définies.  Dans les priorités en matière de technologies relatives aux données, elles se déclinent au Québec selon l’approche du Système interorganisationel de connaissance de la situation (SICS-Qc). L’approche du SICS-Qc met en premier plan l’utilisation des standards interopérables, dont celles de l’OGC ! L’adhésion du MSP à l’OGC est également cohérente avec la Politique québécoise de sécurité civile où à l’objectif 3.2, il est évoqué de consolider et mettre en réseau les systèmes d’information et de veille stratégique. Enfin, cette démarche du MSP s’inscrit également dans les orientations gouvernementales associées au cadre commun d’interopérabilité mis en ligne par le Conseil du trésor du Québec qui a, au début de l’année 2014, publié une première version de référence et dans laquelle plusieurs standards de l’OGC ont été retenus.

Nous invitons d’autres organisations et partenaires du MSP en géomatique à faire de même pour le bien de la communauté géomatique et de l’interopérabilité !

Lire plus

Application adaptée au mobile pour la recherche géographique des données ouvertes

Lors de l’événement Défi GéoHack de Montréal en octobre 2013, neuf projets d’innovation ouverte ont été lancés par des vrais donneurs d’ouvrage, dont un par le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) en collaboration avec le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) et le ministère des Ressources naturelles du Québec (MRN). L’objectif de ce projet du MSP, SCT et MRN était de permettre la recherche des métadonnées dans le catalogue GeoNetwork provenant du  site de données ouvertes du gouvernement du Québec à partir d’une carte géographique ou de mots clés et ce, dans une interface adaptée autant pour cellulaire, tablette et PC, tout en suivant les standards internationaux (ex. CSW). Ce projet a été partagé gratuitement sur le web par un des développeurs. Il permet de rechercher les fiches de métadonnées qui sont publiées sous service web de catalogage de type CSW (ex. www.donnees.gouv.qc.ca, Géoindex + de l’Université Laval). Il s’agit d’un parmi plusieurs projets de logiciels libres dont le gouvernement du Québec a été un contributeur direct au développement. Après des essais et des modifications faites par le gouvernement du Québec au projet, l’application est maintenant disponible sur le site de données ouvertes pour tous les internautes.

app_mobile_douverte

Un exemple de recherche géographique efficace : Tapez le mot : arbre, cliquez sur la loupe : seulement 5 résultats contenant le mot arbre vont être listés, déplacer la carte plus au nord (pour ne pas voir la couronne nord de Montréal sur la carte) et vous aurez 4 résultats : la fiche de métadonnées des Inventaire de foresterie urbaine de la ville de Repentigny n’apparaîtra plus dans les résultats, car elle n’est géographiquement pas sur la carte.

Lire plus

La saison 2014 des cartes de glace au Québec est commencée

Depuis 2008, le ministère de la Sécurité publique (MSP) effectue une surveillance des rivières sujettes aux problématiques d’inondation par embâcles au moyen de carte de glace produites en quelques minutes à partir d’acquisitions des images SAR de Radarsat-2 (mode fin et ultrafin en polarisation HH). Radarsat-2 est un satellite radar commercial canadien de prochaine génération offrant de puissantes capacités techniques novatrices qui permettent de faciliter la surveillance maritime, la surveillance des glaces, la gestion des catastrophes, la surveillance environnementale, la gestion des ressources ainsi que les activités de cartographie au Canada et dans le monde entier. La saison de surveillance des glaces 2013-2014 s’est donc amorcée vers la fin de janvier sur les rivières des Prairies et des Miles-Îles dans le secteur de Montréal. Cette année, près d’une centaine d’images sont prévues au programme d’acquisition qui couvrent une vingtaine de rivières, dont : la rivière Chaudière, Mistassini, Matapédia, l’Assomption, Saint-François, Châteauguay, Matane, Mitis, Ouelle, Richelieu, etc. Une attention particulière cette année sera portée sur l’ensemble des rivières à risque en raison de l’épaisseur élevées des glaces causées par le temps froid qu’a connu le Québec en début de saison hivernale. Ces produits sont issues d’une collaboration entre le MSP, les travaux effectués par l’équipe de recherche en télédétection de l’INRS-ETE, l’Agence spatiale canadienne et Sécurité publique Canada.

carte_glace_jen_mtl
Différence entre une carte de glace du 19 janvier 2014 et du 24 janvier 2014

Ces cartes colorées ainsi produites en quelques minutes sont diffusées en visualisation et en service Web à l’ensemble des partenaires locaux et régionaux ainsi qu’au grand public par l’entremise du site de données ouvertes du gouvernement du Québec : http://www.donnees.gouv.qc.ca/?node=/donnees-details&id=MSP_RADARSAT. Pour voir les différentes cartes en service web dans un SIG ou dans le GOLOC (sous le groupe Sécurité publique = Carte de glace), voici l’adresse du Service de cartographie Web pour voir toutes les autres cartes de glace depuis 2004 : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/ws/radarsat.fcgi?service=wms&version=1.1.1&request=getcapabilities et la légende des cartes :

legende_carteglace
Légende des cartes

À titre d’exemple, elles permettent d’identifier, même au travers de la neige, les secteurs où le couvert de glace est le plus fragile et, par conséquent, d’effectuer des travaux préventifs sur les couverts de glace afin de prévenir les risques d’inondations. De plus, lors d’un redoux hivernal ou de la fonte printanière, les images radars sont utilisées pour surveiller la formation d’embâcles et le déplacement des glaces le long des rivières lors de débâcles. Ceci permet à la Sécurité civile et aux autorités municipales de coordonner plus efficacement les mesures à prendre.

Source d’information sur le sujet :

Lire plus

Catalogue www.donnees.gouv.qc.ca publié selon le DCAT/RDF

Le gouvernement du Québec a mis en ligne l’ensemble du contenu de son catalogue de métadonnées ouvertes www.donnees.gouv.qc.ca en octobre dernier sous le standard ouvert de l’OGC : Catalog Service for the Web ou CSW.

Maintenant, ce même catalogue est disponible sous le standard DCAT (Data Catalog Vocabulary) du W3C.

Ce standard DCAT est associé à un vocabulaire pour décrire chaque jeu de données afin de favoriser l’interopérabilité du catalogue et l’interconnexion avec d’autres applications de découverte de métadonnées (ex. ville de Québec et ville de Montréal). Ce standard est plus reconnu dans les milieux externes à la communauté géomatique que le CSW. Il permet la recherche et l’analyse des métadonnées par l’entremise d’un standard XML selon le vocabulaire RDF (Resource Description Framework). Ce service, accessible aux citoyens et entreprises, permet la communication directe entre machines à partir de requêtes en format XML (comme il est possible de le faire par une interface de programmation d’applications – IPA). Le contenu du catalogue est mis à jour de façon continue. Pour plus d’information sur cette spécification voir le site suivant : http://www.w3.org/TR/vocab-dcat/.

Ce catalogue de données ouvertes contient la liste complète et à jour des jeux de données disponibles sur le portail de données ouvertes du gouvernement du Québec.

Le développement et l’édition de ce portail est basé sur l’application GeoNetwork utilisé par de nombreuses administrations publiques dans le monde pour la collecte de métadonnées. Depuis novembre dernier, la version de GeoNetwork utilisée par le portail de données ouvertes du gouvernement du Québec est maintenant la toute dernière production stable (2.10.2). Cette nouvelle version nettement améliorée de GeoNetwork a justement ajouté ce support DCAT. De plus, la vision de développement de GeoNetwork s’oriente de plus en plus vers les données ouvertes, comme le gouvernement du Québec depuis 2012. Cette nouvelle orientation fera que l’outil de catalogage GeoNetwork sera encore mieux adapté aux besoins d’évolution futurs du portail www.donnees.gouv.qc.ca. Pour avoir plus d’information sur le genre d’appel sous le standard DCAT (qui fonctionne un peu comme un API) à partir de GeoNetwork, voir le site suivant : http://trac.osgeo.org/geonetwork/wiki/proposals/DCATandRDFServices#Services.

 

Pour plus de détails :

Lire plus

Catalogue www.donnees.gouv.qc.ca publié en service ouvert (CSW)

Aujourd’hui, le gouvernement du Québec a mis en ligne l’ensemble du contenu de son catalogue de métadonnées ouvertes www.donnees.gouv.qc.ca sous un standard ouvert (Catalog Service for the Web). Ce catalogue de données ouvertes contient la liste complète et à jour des jeux de données disponibles sur le portail de données ouvertes du gouvernement du Québec.

Le développement et l’édition du site est basé sur l’application GeoNetwork utilisé par de nombreuses administrations publiques dans le monde pour la collecte de métadonnées. Il permet la recherche et l’analyse des métadonnées par l’entremise d’un service Web standardisé CSW (Catalog Service for the Web). Ce service, accessible aux citoyens et entreprises, permet la communication directe entre machines à partir de requêtes en format XML (comme il est possible de le faire par une interface de programmation d’applications – IPA).

Le contenu du catalogue est mis à jour de façon continue et permet, entre autres, d’effectuer des analyses géographiques sur les métadonnées comme dans le cas d’une API. Pour plus d’information sur cette spécification voir le site suivant : http://www.opengeospatial.org/standards/cat

Pour avoir plus d’information sur ce genre d’appel en CSW (qui fonctionne un peu comme un API) à partir de GeoNetwork, voir le site suivant : http://www.geonetwork-opensource.org/manuals/2.8.0/eng/developer/xml_services/csw_services.html.

Pour plus de détails :

Lire plus

Événement géomatique en octobre 2013

En octobre 2013, deux événements géomatique auront lieu à Montréal.

1) Le Défi GéoHack de Montréal se veut un événement ponctuel qui aura lieu le 2 octobre 2013 à Montréal. Il est dérivé des “hackathons”, offrira la possibilité à des «Donneurs d’ouvrages» en géomatique d’élaborer des défis réels pour des développeurs. Différents thèmes pourront être envisagés: Santé et sécurité publique, culture, transport, environnement, etc.  Le hackathon se tenant un jour de semaine (mercredi le 2 octobre en marge du Colloque Géomatique 2013) une bourse financée par les « Donneurs d’ouvrages » et les commanditaires, sera remise à tous les développeurs sélectionnés. De plus, plusieurs prix récompensant les meilleures réalisations seront remises par un jury. Ce projet a été retenu par l’Assemblée plénière de la Table de concertation sur l’ouverture des données (TCDO) de la ville de Montréal, le 5 juin 2013, comme une des cibles pour mobiliser les citoyens et les employés municipaux à l’ouverture de données.

2) Les 3 et 4 octobre aura lieu à Montréal le colloque qui s’adresse à tous les professionnels et passionnés de la géomatique au Québec appelé Géomatique 2013Nouvelles idées, nouvelles réalisations, nouveaux produits, nouvelles tendances, ce colloque est le rendez-vous des gens dynamiques de l’industrie qui sauront transmettre leur savoir, leurs innovations et leur vision de l’avenir.

Lire plus

Formation ACSG-Champlain : Le logiciel libre en géomatique

La Section Champlain de l’Association canadienne des sciences géomatiques a proposé une formation d’une journée sur le logiciel libre en géomatique à Québec le 10 mai 2013.

  • Objectif de la formation: initier les participants aux principes et aux solutions du logiciel libre (Open Source) en géomatique. Note: l'expression "logiciel libre" est utilisée ici au sens large et inclut les logiciels ouverts.
  • Clientèle visée : cette formation a été ouverte à tous; elle s'adressait particulièrement aux personnes oeuvrant en géomatique qui désirent comprendre les principes, les avantages, les coûts et les limites du logiciel libre et explorer des solutions actuellement disponibles. À la suite de cette formation, elles pourront mieux évaluer la possibilité d'intégrer le logiciel libre dans leurs opérations. Il s'agit donc d'une initiation au domaine et non d'un cours technique pour les spécialistes du domaine.
  • Déroulement: atelier théorique sur le logiciel libre se terminant en début d'après-midi puis présentations de projets opérationnels intégrant le logiciel libre.

L’Association canadienne des sciences géomatiques (ACSG) a pour mission de promouvoir et de développer la géomatique au Canada. Il s’agit du plus grand réseau de contacts et de connaissances en géomatique au pays.  La Section Champlain organise des activités de réseautage, de formation et de promotion de la géomatique au Québec.

Voici la présentation “La géomatique au MSP : une convergence des logiciels libres et d’une coopération orientée vers les services” de Nicolas Gignac du MSP lors de cette journée de formation :

Voir la présentation sur SlideShare

Lire plus

Échange d’information en temps réel en un clic de souris

Article par M. Thomas Poirier-Blanchet, conseiller en sécurité civile du Ministère de la Sécurité publique paru dans le bulletin Inter-Action au printemps 2013.

Afin d’échanger de l’information en temps réel en un simple clic de souris avec tous ses partenaires en sécurité civile, le ministère de la Sécurité publique participe au projet pilote Système interorganisationnel de connaissance de la situation.

Le Système interorganisationnel de connaissance de la situation offre la possibilité au ministère de la Sécurité publique (MSP) d’adopter et de mettre en pratique un modèle d’échange d’information compatible avec l’environnement technologique du ministère. Présentement, le ministère reçoit en temps réel les alertes et les avertissements météorologiques d’Environnement Canada diffusés par le Système national d’alerte au public. Cette information est traitée automatiquement et affichée sur l’outil cartographique du ministère, devenant ainsi accessible à tous les utilisateurs du G.O.LOC du MSP, un outil cartographique gouvernemental.

Carte d'accueil 21mars2013Image : page d'accueil avec les alertes d'Environnement Canada (couleurs : niveau de sévérité).

Le projet pilote, lancé en novembre 2011 par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada, a pour objectif d’offrir un protocole d’échange normalisé pour toute la communauté de gestion des mesures d’urgence au Canada. Les intervenants en sécurité civile pourront ainsi bénéficier d’un système pancanadien de communication stable, structuré et durable offrant de l’information relative aux événements, aux alertes, aux opérations de sécurité civile et aux infrastructures essentielles. À titre d’exemple, il sera possible, lors d’une inondation en secteur habité, de partager la même information sur sa localisation, sa gravité, les personnes-ressources, les infrastructures touchées, les équipes de sauvetage sur place et l’alerte d’évacuation. Les intervenants des services d’urgence (policiers, ambulanciers, pompiers), les coordonnateurs locaux et régionaux des mesures d’urgence, les conseillers en sécurité civile du MSP et des autres ministères et organismes du gouvernement du Québec ainsi que les ministères du gouvernement fédéral concernés seront ainsi avisés simultanément afin d’améliorer la coordination d’un même événement de sécurité civile.

Lors d’une situation d’urgence, une circulation efficiente de l’information est capitale. Le partage des responsabilités entre les organisations oblige l’établissement d’une vision commune et actualisée ainsi que d’un portrait réel de la situation. Actuellement, la circulation de l’information repose sur des moyens traditionnels : appels téléphoniques, échange de courriels, réunions, etc. L’échange d’information informatisé, en temps réel, n’est pas systématique.

Le Système interorganisationnel de connaissance de la situation constitue un outil d’aide à la décision pour les intervenants en sécurité civile.

Rappelons que l’importance de la communication entre les intervenants des différentes organisations avait été mise en lumière dans le rapport Pour affronter l’imprévisible publié par la commission Nicolet à la suite de la tempête de verglas en 1998.

Information : M. Thomas Poirier-Blanchet, vigilance(a)msp.gouv.qc.ca

Lire plus

Le MSP finaliste aux prochains Octas 2013 dans deux catégories

C’est le 25 mai prochain, devant près de 1 000 convives réunis pour l’occasion au Palais des congrès de Montréal, que le Réseau ACTION TI célèbrera l’excellence et l’innovation dans les technologies de l’information au Québec lors de sa soirée du Gala des OCTAS 2013. Voir le communiqué : http://actionti.com/accueil/salle-de-presse/communiques/finalistes-octas-2013

1) Le MSP (Ministère de la Sécurité publique) a été sélectionné dans la catégorie « Environnement web de collaboration ou de participation » conjointement avec le Secrétariat du Conseil du trésor pour la mise en place du site des données ouvertes par l’équipe de la géomatique du ministère.

Au printemps 2012, le gouvernement du Québec s’est engagé à devenir un gouvernement ouvert et a dévoilé les actions qui seront mises en œuvre. La première action du gouvernement ouvert a été la mise en ligne du site www.données.gouv.qc.ca, en juin 2012. Le site www.données.gouv.qc.ca met à la disposition des citoyens, des entreprises, des chercheurs, des associations et des organismes publics, des données ouvertes afin d’en permettre la réutilisation par d’autres logiciels, applications et services.

Le Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) a mandaté le ministère de la Sécurité publique (MSP) pour le développement de la première version du site www.données.gouv.qc.ca.

http://www.donnees.gouv.qc.ca/

2) Dans la catégorie « Solution d’affaires – Logiciels libres », le projet Vigilance – surveillance, prévision, suivi et alerte en sécurité civile, développé également par l’équipe géomatique, a été retenu parmi les finalistes.

Suite aux événements météorologiques majeurs qui se sont déroulés au Québec entraînant des problématiques en sécurité civile, dont les inondations de la rivière Richelieu, les inondations printanières, la tempête Irene, les grandes marées, la Direction générale de la sécurité civile et des incendies (DGSCSI) a exprimé le besoin d’avoir des outils de suivi, de prévision et d’alerte à la population ainsi qu’un portail de vigilance pour assurer une meilleure surveillance. Avec l’excellente collaboration des pilotes de la Direction des opérations de la DGSCSI, l’équipe géomatique, aidée d’une solide expertise externe, a réussi à mettre en place un portail sécurisé au niveau des fonctions et des données, des fonctions d’analyses spatiales, d’édition cartographique en ligne, de saisie de données à partir de tablette portable Android et de géo collaboration en mode-conférence Web cartographique. De plus, une application grand public sur l’état des rivières au Québec est maintenant disponible sur le site du ministère.

Observation terrain avec tablette

L’infrastructure informatique/géomatique du MSP est composée de logiciels libres éprouvés et efficaces.

Composantes utilisées dans les deux projets finalistes

  • Systèmes d’exploitation OpenSuse Linux et Ubuntu Server;
  • MapServer pour la diffusion de service WMS de cartes;
  • OpenLayers, Ext JS, GeoExt, jQuery pour la mise en place d’interface Web d’application;
  • PostgreSQL/PostGIS comme serveur de base de données et cartouche spatiale;
  • Apache, GDAL/OGR, TileCache, PHP, Python et Quantum GIS comme outils complémentaires de chargement, de programmation et de validation;
  • GeoNetwork pour la gestion des métadonnées;
  • Apache Subversion (SVN), l’outil de gestion de code source;
  • Mantis qui est notre outil de suivi de projets et de demandes, utilisé par l’équipe de développement, les pilotes, utilisateurs et gestionnaires de suivi des travaux;
  • SQLite, SpatiaLite, OpenLayers, JavaScript/Java sont les principales composantes pour les applications tablette-Android;
  • Piwik est utilisé pour gérer les statistiques Web des applications;
  • Support du standard de Protocole d'alerte commun canadien;
  • Structuration des informations selon les principes d'interopérabilité du Système(s) Interorganisationnel de Connaissance de la Situation (SICS).

Lire plus

Prévention des inondations printanières : 100e carte de glace pour l’hiver 2013

Depuis 2008, le Ministère de la Sécurité Publique du Québec (MSP), en collaboration avec Sécurité Publique Canada (SPC) et les travaux effectués par l’équipe de recherche en télédétection de l’INRS-ETE, utilise la puissance des images du satellite canadien Radarsat 1 et 2 pour faire un suivi précis, rapide et efficace des rivières sujettes à des inondations printanières. Cette année, le MSP a traité plus d’une centaine d’images radar afin d’assurer une surveillance accrue et protéger la population du Québec !

Suivant la vague des données ouvertes dans le concept de gouvernement ouvert, le service Web cartographique (WMS) des cartes de glace de rivière sont désormais disponibles à la population. Pour y accéder, rendez-vous sur le site http://www.donnees.gouv.qc.ca/ et dans l’application G.O.LOC des données ouvertes pour visualiser les dernières cartes de glace. Une fiche descriptive sur comment accéder au service web et la nature de la métadonnée concernant les cartes de glace est également disponible ici.

En effet, chaque année, lors de la fonte au printemps ou encore d’un redoux durant l’hiver, plusieurs tronçons de rivière sont à risque de causer des débordements pouvant engendrer de graves dommages matériels et poser un danger pour la santé et la sécurité de la population. Ces cas sont souvent aggravés par la formation d’embâcles qui sont principalement causés par l’amoncellement de blocs de glace, coincés les uns sur les autres ou contre certaines réalités physiques du lit de la rivière, et qui viennent à stopper l’écoulement normal de l’eau. C’est alors que la rivière peut sortir de son lit. Le suivi des glaces de rivière est également important dans les domaines de la surveillance maritime, la gestion des catastrophes, la surveillance environnementale, la gestion des ressources ainsi que les différentes activités de cartographie.

Suite aux essais du printemps 2008, le MSP a dressé une liste des rivières à surveiller et a assuré sa complète autonomie opérationnelle dans la production de cartes de glace. Depuis, des requêtes planifiées sont faites chaque année par le centre des opérations gouvernementales du MSP auprès de Sécurité publique Canada et de l’Agence spatiale canadienne pour obtenir à temps des images Radarsat de haute qualité. L’image radar présente de nombreux avantages pour l’étude du territoire à grande échelle : Sensible aux variations d’humidité et de texture, disponible peu importe les conditions météorologiques et capable de couvrir de grandes surfaces avec une bonne répétitivité temporelle.

L’interface GO-Collaboration (application web permettant la conférence en temps-réel autour d’une carte) intégrant l’outil de visualisation G.O.LOC avec les cartes de glace est utilisée comme élément central lors d’une réunion de coordination entre le MSP et ses partenaires.

Outil de visualisation pour les intervenants et la légende d'hiver reliée au statut de la glace

Grâce aux recherches effectuées par l’INRS-ETE, les caractéristiques de chaque type de glace scientifiquement discernable sont désormais bien connues. C’est là que débute le travail de cartographie. Au départ, quelques corrections doivent être apportées à l’image pour supprimer les distorsions causées par le capteur du satellite. On nomme cette étape orthorectification. Ensuite, un découpage est effectué pour ne conserver que les secteurs d’étude (ici, les rivières et leurs tronçons). Cela permet d’alléger le traitement et d’augmenter la précision de ce dernier. L’INRS-ETE, lors du projet FRASIL, a étudié le comportement du signal radar en lien avec les différents types de glace et a pu développer un algorithme de reconnaissance pour les identifier automatiquement par un traitement informatique. Ce dernier parvient à séparer en 9 classes distinctes chaque pixel de l’image radar. Néanmoins, l’œil humain ne peut analyser instinctivement les variations parfois subtiles entre chacune d’elles. Certaines classes sont donc fusionnées, jusqu’à créer un total de 5 classes finales (voir la fiche descriptive sur le site données ouvertes pour des détails sur les différentes légendes et leur contexte).

Observation terrain avec tablette

Cette opération est dépendante des conditions météorologiques du moment de l’acquisition de l’image. En effet, le reclassement des 9 classes d’origine ne sera pas le même au printemps (lorsque la glace fond) ou durant l’hiver (alors que la glace se consolide). À cet instant, les processus informatiques sont terminés et l’analyste entre en jeu. C’est l’expert qui étudie le résultat de la carte et qui détermine, en communiquant avec les différents partenaires, les interventions qui doivent ou ne doivent pas avoir lieu afin de réduire au maximum les risques d’embâcle, ou de les gérer au meilleur de leurs capacités. Ces interventions vont de l’augmentation de la surveillance sur le tronçon de rivière jusqu’à la segmentation d’une portion de glace afin de réduire la taille des blocs qui s’en détacheront, réduisant les risques d’embâcle.

Affaiblissement des glaces

Par les années passées, la plupart des étapes informatiques demandaient l’intervention d’un analyste, ainsi qu’une quantité importante de temps de traitement. Depuis l’hiver 2013, suite aux travaux d’un stagiaire de l’Université de Sherbrooke engagé par le MSP, le passage à une plate forme plus efficace (sans interface graphique) et l’automatisation de plusieurs tâches ont permis de faire passer le temps de production d’une carte de glace de près de 3 heures à moins de 45 minutes (pour les cas les plus lourds). L’utilisation d’outils de pointe dans le domaine de la géomatique a également permis d’améliorer les communications entre les différents intervenants, ainsi que la précision des opérations sur le terrain. Cela engendre d’appréciables économies en énergie, en temps et en argent pour le gouvernement.

Malgré la grande précision du processus, ce dernier reste sujet à certaines erreurs. En effet, comme la plupart des traitements sont désormais automatisés, il arrive parfois que certaines incongruités locales se produisent. C'est pour remédier à ce problème que sont mis à profit les intervenants se trouvant près des lieux d'étude. Utilisant la technologie des tablettes numériques qui sera offerte bientôt aux conseillers en sécurité civile, ces derniers pourront désormais confirmer ou corriger l'information produite par la carte en se rendant sur place. Cette procédure permet également de raffiner au fil du temps l'algorithme qui génère la carte de glace à la base.
Cartes de glace de la rivière Saint-François

Pour plus d’information sur le sujet :

Lire plus

Retour sur Vision Géomatique 2012

Lors du dernier congrès de Vision Géomatique 2012, Martin Rivest, chargé de projet et responsable de l’équipe Géomatique chez Thales Canada, a fait une présentation intitulée : “l’application Observateur Terrain du MSP :  vers une capacité mobile et libre lors d’opérations en sécurité civile” qui a été développé par son équipe et en collaboration avec l’équipe de géomatique et la Direction de la sécurité civile et de la sécurité incendie du MSP. La présentation et la vidéo ont été publiées en ligne.

Afin de supporter les intervenants en sécurité civile, le ministère de la Sécurité publique (MSP) a développé une toute nouvelle capacité afin d’exploiter les technologies portables pour répondre aux besoins dans un contexte de gestion de l’information en sécurité publique. S’inscrivant dans la vision de géo-collaboration de l’équipe géomatique du MSP, l’application “Observateur Terrain” est basée sur les technologies de logiciels libres et utilisent les services et données géomatiques misent en place pour les différents partenaires et organismes en sécurité publique.  Elle permet l’échange d’information en temps réel entre les équipes déployées sur les lieux de l’événement et les centre de décisions selon des standards éprouvés. Ce projet était en lien avec la présentation du lendemain de notre collègue Donald Fortin sur “L’interopérabilité en sécurité civile et en sécurité incendie au Québec : où en sommes nous?”, puisque l’interconnexion entre toutes ces informations est primordiale dans la prise de décision en gestion d’urgence.

Cette présentation portait donc sur les besoins ayant menés au développement de l’application mobile Android, une vue d’ensemble des fonctionnalités, de l’architecture et des technologies utilisées pour la réalisation de ce projet.

Voici la présentation de Martin Rivest à Vision Géomatique 2012.

Voir sur SlideShare

Voici la vidéo réalisée avec la fille de Martin Rivest qui démontre la simplicité de l’application observation terrain.

Lire plus

Le colloque de sécurité civile et incendie dans moins d'une semaine

La semaine prochaine se tiendra le 13e colloque annuel de sécurité civile et incendie à Laval (19, 20 et 21 février) sous le thème « Agissons ensemble pour un Québec plus résilient - Rétablissement ».

Une des présentations d’intérêt sera celle de Donald Fortin sur : L’interopérabilité des communications en sécurité publique : ce que l’avenir nous réserve. Cette présentation permettra de faire le point sur l’interopérabilité des communications en sécurité publique au Québec. Il sera question des enjeux entourant les télécommunications d’urgence, la circulation de l’information entre les organisations (ex. standard PAC, OGC) et la mise en place d’un réseau de télécommunication à large bande en sécurité publique utilisant les fréquences du 700 MHz.

 

Lire plus

SICS/MASAS : un projet porteur pour l’intéropérabilité en sécurité civile

En novembre 2011, le Centre des sciences pour la sécurité de R & D pour la défense Canada a lancé le projet pilote SICS dans le cadre de l’initiative de conception du Système interorganisationel de connaissance de la situation (SICS, appelé MASAS en anglais). Ce système s’appuie sur le continuum canadien de l’intéropérabilité des communications (gouvernance, procédure opérationnelle, technologie, formation et utilisation), qui s’intègre globalement dans la Stratégie d’interopérabilité des communications pour le Canada, dont le Québec fait partie.

Ce projet SICS/MASAS a pour objet l’opérationnalisation d’un système pancanadien de communication entre les intervenants en sécurité civile. L’objectif de ces services essentiels est d’offrir un protocole d’échange standardisé (et centralisé au besoin) afin que les communautés des mesures d’urgence à travers tout le Canada jouissent d’un système opérationnel commun stable, fiable, structuré, uniforme et durable sur l’information relative aux événements (ex. sinistre), alertes (ex. alerte météo) et opérations (ex. évacuation) de sécurité civile ainsi que des infrastructures essentielles (ex. routes bloquées). À titre d’exemple, il sera possible lors d’un événement majeur reliée à une inondation en secteur habité de partager la même information (ex. localisation, sévérité, responsable, opération sur le terrain, infrastructure touchée, équipe de sauvetage, alerte d’évacuation, etc.) entre les premiers répondants (ex. 911, police, ambulance, pompier), les coordonnateurs locaux/régionaux des mesures d’urgences, les conseillers en sécurité civile du MSP et les ministères du gouvernement fédéral (ex. Environnement Canada) afin d’améliorer la coordination d’un même événement de sécurité civile à multiple dimension.

Les utilisateurs autorisés et inscrits pourront publier, partager et utiliser de l’information sur une situation de sécurité civile au moyen du SICS/MASAS en employant leurs propres applications ou encore des outils Web très élémentaires de publication et d’échange d’informations misent à leur disposition, et ce, sans frais par le projet SICS/MASAS. Des outils à code source ouvert en phase de développement sont également disponibles pour les utilisateurs inscrits, tels que la fonction de visualisation : http://tbs-sct.ircan-rican.gc.ca/projects/masas-viewing et de d’envoi d’information : http://tbs-sct.ircan-rican.gc.ca/projects/masas-posting ainsi qu’un API http://api.masas-sics.ca/ pour les développeurs et les besoins d’automatisation/filtres. La nature géographique des événements et alertes en sécurité civile est cruciale pour la diffusion et la lecture de cette information, c’est pourquoi la géomatique est une dimension cruciale dans ce projet. La structure des messages SICS suivent également le profil canadien du Protocole d’alerte commun que l’on nomme le CAP-PC et la configuration géographique du GeoRSS version simplifiée. Ce protocole d’alerte CAP-PC sera celle supportée dans les prochains mois au MSP.

Un environnement d’exploration ouvert par le gouvernement fédéral est déjà en ligne pour les futurs contributeurs et utilisateurs  officiels des mesures d’urgence (sécurité civile, police, pompier, ambulance, 911, etc.) : http://sct-tbs.rican-ircan.gc.ca/projects/masas

Comme le MSP utilise déjà certaines des composantes à code source ouvert du SICS/MASAS dans ses applications web cartographiques (ex. GOLOC), il sera très facile de l’intégrer au sein de son infrastructure géomatique. À titre d’exemple, OpenLayers, GeoExt et ExtJS sont des librairies supportées par l’environnement de développement du projet SICS/MASAS, comme elles le sont au MSP. À court terme, le MSP va démarrer un projet pilote dans une région ciblée pour identifier le mode de gouvernance, les procédures opérationnelles, les développements technologiques, les besoins de formations et le type d’utilisation  du SICS/MASAS. À moyen terme, le MSP va élaborer une façon de déployer un environnement autonome SICS/MASAS au Québec qui permettra de filtrer les événements et alertes du SICS/MASAS et de diffuser des informations aux partenaires du MSP, comme les ministères/organismes du gouvernement du Québec au sein de l’OSCQ et les autorités locales (ex. municipalités) dans l’ORSCQ selon les standards reconnus (ex. WMS et CAP-PC). Pour plus d’information sur ce projet, veuillez contacter l’équipe géomatique du MSP au courriel suivant : geomsp(a)msp.gouv.qc.ca

Lire plus

Le gouvernement du Québec fera une plus grande place au logiciel libre

Tel qu’annoncé hier au Salon du logiciel libre du Québec, la présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne, présentera aujourd’hui à l’Assemblée Nationale une politique-cadre pour inciter l’administration publique du gouvernement du Québec et les réseaux de la santé et de l’éducation à envisager l’utilisation du logiciel libre. Lors de son discours de clôture de l’événement hier au Salon, Mme Courchesne a cité en exemple le ministère de la Sécurité publique du Québec et son projet de cartographie utilisant des logiciels libres nommé G.O.LOC et qui a remporté l’Octas 2010 dans la catégorie Solution d’affaire – Logiciels libres.

Voir l’article du Devoir et celui du journal Le Soleil pour plus d’information.

Lire plus

Les WMS-C du MSP intégrés à des applications Flash utilisant l'API d’ESRI

Dernièrement, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) du Québec a pu tester l’intégration des Service de cartes de base tuilées (WMS-C) du MSP dans ses applications cartographiques internes.

L’environnement de développement intranet au MAMROT pour la consultation des données géoréférencées s’articule autour de Sample Flex Viewer, une application modulable en Flash développée par ESRI à partir de Flex 3.5 d’Adobe et de leur propre API pour Flex. Ce projet a permis de tester les cartes de base du MSP déployées avec le logiciel libre tilecache dans une interface différente qu’OpenLayers.

Les derniers tests au MAMROT ont été concluants, c’est-à-dire que leurs applications internes ont pu se connecter facilement au WMS-Cache du MSP de la même façon que la technologie ESRI le permet avec les tuiles du projet OpenStreetMap. Ce projet démontre bien que les services de cartes de base tuilées et pré-générées au MSP peuvent être utilisées dans un environnement propriétaire et non pas seulement dans les interfaces provenant de projet libre et gratuit (ex. OpenLayers). Ces mêmes tests d’intégration ont été effectués avec le Service web de géolocalisation (GLO) du MSP et cela a démontré une fois de plus la facilité pour le MAMROT de le programmer à l’intérieur de leur application interne.

Lire plus

Rappel pour janvier 2011: changement dans les services du MSP

Un rappel pour ceux qui n’auraient pas encore lu ce billet : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/blogue/?p=298, les utilisateurs qui se connectent aux services web du MSP devront faire leur changement dans les applications le plus tôt possible. En fait, en janvier 2011 les liens url des services de cartes du MSP dans l’environnement Windows (geomsp) ne seront plus disponibles. Pour le détail des changements, veuillez vous référer au billet du blogue à ce sujet cité plus haut.

Si vous rencontrez des problèmes reliés à ces nouvelles adresses, s.v.p.  nous le mentionner par courriel à cette adresse : geomsp(a)msp.gouv.qc.ca

N’oubliez pas de visiter notre blogue à cette adresse pour d’autres nouvelles : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/blogue/

Lire plus

Présence du MSP à la Journée de l'ACRIgéo

La Journée de la coopération en information géographique 2010 (JCIG2010) le 17 novembre à l’Université Laval est l’occasion pour les employés du gouvernement du Québec de discuter des enjeux et d’échanger des idées touchant la géomatique et l’information géographique et de consolider la coopération dans ces domaines. La JCIG2010 constitue une opportunité pour se réunir, faire des alliances et échanger sur les nouveautés et les projets en cours. Elle offre l’occasion de promouvoir les bons coups et de favoriser les partenariats dans la production et la diffusion de l’information géographique au gouvernement du Québec. Ainsi, le partage des données géographiques, de l’expertise et des initiatives, la mise en place de processus de production en réseau, la gestion en commun d’actifs et l’implantation concertée de nouveaux outils communs sont par conséquent de mise.

Telle qu’appliquée au MSP, la coopération entre ministères et organismes, dans le contexte de réductions de personnel et des contraintes budgétaires, s’avère une voie prometteuse. Plus que jamais, il faut partager l’information géographique dans un cadre commun (ex. respect des standards), l’intégrer et assurer sa mise à jour par de nouveaux modes dits « collaboratifs en réseau ».

Le MSP étant un ministère ayant à cœur la coopération entre employés du gouvernement du Québec en géomatique sera présent à cette journée pour partager ses expériences (ex. partenariat INSPQ-MSP, G.O.LOC, WMS), s’informer sur les projets de coopération et discuter des enjeux. En plus de certains membres de l’équipe de la géomatique et de la communauté d’utilisateurs du MSP présents à cette journée, Donald Fortin, conseiller en sécurité civile, présentera lors des Séances de démonstration le thème suivant : “La géocollaboration en sécurité civile : les principes de l’ACRIgéo en pleine action” : http://mrnf.gouv.qc.ca/jcig2010/seances-1435.asp

Pour tous ceux travaillant dans le réseau du gouvernement du Québec (comme le MSP) ayant un intérêt en géomatique et voulant être de la partie de la JCIG2010 peuvent soit contacter l’équipe géomatique du MSP (geomsp(a)msp.gouv.qc.ca) ou la responsable de l’activité JCIG2010 au Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec : Nathalie Michaud (nathalie.michaud(a)mrnf.gouv.qc.ca).

Lire plus

Nouveau partenariat en géomatique entre le MSP et l’INSPQ

Le MSP et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ont plusieurs intérêts communs, comme la localisation des risques naturels, l’identification des personnes ou des secteurs vulnérables et la localisation des moyens de protection (pour la santé et la sécurité publique). À titre d’exemple, les deux organisations ont travaillé ensemble dans les dossiers de la chaleur accablante et de la grippe AH1N1. Ces deux organisations ont donc plusieurs préoccupations communes dans leur mandat de surveillance de la santé et de la sécurité publique.

En matière de géomatique, un pas de plus a été franchi dernièrement dans le degré de coopération entre les deux organismes, puisqu’une entente de partenariat a été mise en œuvre en octobre 2010 pour partager des ressources informatiques, de l’expertise géomatique et des composantes logicielles communes. L’équipe géomatique du MSP et celle de l’INSPQ ont démarré un projet d’un an pour échanger des services de géomatique dans le but d’améliorer les services à leur clientèle respective. Un tel partenariat renouvelable à chaque année favorise la consolidation de l’expertise des partenaires dans le domaine de la géomatique, une application uniforme des bonnes pratiques (ex. respect des standards), ainsi que la réalisation de certaines économies d’échelle.

L’équipe de géomatique du MSP va pouvoir bénéficier des développements en géomatique de l’INSPQ et vice-versa en partageant des ressources en fonction des projets à venir. Les logiciels libres et gratuits communs aux deux organisations, tels que MapServer, OpenLayers, PostgreSQL/PostGIS, GeoExt et ExtJS, pourront être mises à profit dans les applications cartographiques respectives du MSP et de l’INSPQ. Cette entente de partenariat, sans échange d’enveloppe budgétaire, s’inscrit dans les principes de l’ACRIgéo au gouvernement du Québec (Approche de coopération en réseau interministériel pour l’information géographique) et de la géocollaboration en sécurité civile.

Lire plus

L'expertise du MSP exposée sur le portail géo gouvernemental

Utile pour relater toutes les expertises gouvernementales du Québec en géomatique, la section “Expertise québécoise” du portail de l’information géographique gouvernementale détaille maintenant le Service de diffusion à partir de standards reconnus et de la technologie ouverte au MSP : http://www.quebecgeographique.gouv.qc.ca/approfondir/expertise/technologie-ouverte.asp

Cette page sert de ressources documentaires pour identifier les projets et les innovations technologiques du MSP et ses partenaires en géomatique.

Service de diffusion à partir de standards reconnus et de la technologie ouverte

Lire plus

Le projet SAG 9-1-1 à la une du portail géo gouvernemental

Le sous-projet “Service autonome géographique” (SAG) 9-1-1 du MSP est à la une du portail de l’information géographique gouvernementale du Québec pour une semaine : http://www.quebecgeographique.gouv.qc.ca/

Cela démontre que le SAG 9-1-1 est un projet porteur pour la communauté gouvernementale en géomatique et que cela fait une belle promotion de l’information géographique si indispensable au gouvernement du Québec dans ses opérations de tous les jours.

me donner le montant final (- de 5000 $) qu'il me resterait à vous fournir avec des pièces justificatives pour arriver au total de 21 000 $ associé au rénovation.

Lire plus

Changement dans les services de géomatique du MSP

Depuis la mise en ligne du nouvel Environnement de géomatique linux (EGL), le MSP a changé certaines adresses pour l’accès à ses informations diffusées à l’externe. Si vous êtes utilisateur ou un partenaire du MSP, veuillez prendre note des changements si vous voulez tirer profit du nouvel environnement et des données de géomatique à jour. Dans le but d’augmenter la robustesse de son environnement, d’améliorer la sécurité et la qualité de nos services / applications en géomatique, les anciens liens qui pointaient vers http://geoegl.msp.gouv.qc.ca ont été changés par des nouveaux liens vers EGL : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca

Le Blogue de la géomatique du MSP est maintenant disponible à cette adresse : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/blogue/ ou en mode flux RSS : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/blogue/?feed=rss2

Les services web cartographiques (WMS) disponibles au grand public peuvent être accédés par :

La page d’aide du Service web de géolocalisation ou GLO est maintenant disponible à cette adresse : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/accueil/aideglo.htm ainsi que le service de requête en appel URL http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/glo/gloServeurHTTP.php?texte=1715, merlac&cle=<votre clé>&epsg=900913&version=2 et SOAP :  http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/glo/LocationService_v2.wsdl

Les cartes tuilées du MSP en WMS-C (tilecache) peuvent être accédées à cette adresse : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/tilecachedata/ NB : si vous voulez tirer profit (test d’intégration, cartographie web, etc.) de cette carte routière de base du MSP en format WMS-C avec OpenLayers, SVP avant de l’intégrer dans vos applications, veuillez nous en informer à ce courriel  : geomsp(a)msp.gouv.qc.ca

Enfin, l’ancienne page d’accueil de la géomatique au MSP devient la suivante : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/accueil/

Les anciens liens http://geomsp… continueront d’être valides jusqu’en janvier 2011. Toutefois, les mises à jour se feront seulement dans les nouveaux liens EGL.

Si vous rencontrez des problèmes reliés à ces nouvelles adresses, s.v.p.  nous le mentionner par courriel à cette adresse : geomsp(a)msp.gouv.qc.ca

N’oubliez pas de visiter notre blogue à cette adresse pour d’autres nouvelles : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/blogue/

Lire plus

Les logiciels propriétaires en géomatique au MSP

Depuis quelques années, l’équipe géomatique tire profit des logiciels libres dans ses fonctions de diffusion et de production de données au MSP. Elle le fait parce que les expériences concluantes depuis 2006 ont permis de réaliser de bons coups et bâtir une solide expertise à l’interne. À travers ces cas d’utilisations propres au MSP, l’équipe a pu prendre cette tangente libre pour différentes raisons :

  • Les solutions libres sont devenues très matures en diffusion et adaptées aux standards Web en géomatique (ex. l'intéropérabilité est très importante en sécurité publique)
  • Favorise l'autonomie des ressources humaines et le travail d'équipe
  • Permet d'être appuyé et de partager ses connaissances au sein de la communauté (ex. OSGeo-Québec)
  • Offre un développement par étape et de livraison rapide sans coût excessif
  • Utilisation d'interface « interchangeable »
  • Minimise souvent la dépendance technologique à une seule solution
  • Oriente les solutions en fonction des besoins
  • Capacité de déploiement élevé (OpenSuse - Linux, MapServer, OpenLayers, PostGIS) sans coût de logiciel

Par contre, les logiciels propriétaires en géomatique sont aussi bien intégrés et ont leur place au MSP, au même titre que les logiciels libres. Les logiciels propriétaires répondent souvent à des critères de performance, de convivialité, de simplicité d’usage et à une demande de solutions déjà connues par les utilisateurs, puisqu’ils ont un grand pouvoir d’attraction. Ils répondent donc à des besoins bien ciblés au sein de l’organisation. Notre équipe de géomatique au MSP n’est pas en reste, voici les solutions propriétaires utilisées ainsi que leur raison d’être dans notre organisation :

  • PCI Geomatics pour le traitement ultra-rapide d'image provenant du satellite canadien Radarsat-1 / Radarsat-2 en cas de risque d'inondation (les algorithmes pour générer les cartes de glace ont été développée dans cet environnement) : http://rurl.org/242p
  • FME Safe Software pour le chargement efficace de données multi-sources vers nos base de données Oracle et PostGIS ;
  • Oracle Locator en tant que système de gestion de base de données géospatiales performant, même si l'environnement de production est orienté PostgreSQL/PostGIS ;
  • ArcGIS Desktop (+ extensions) et ArcSDE pour nos clients lourds (ex. aménagement du territoire, planification, analyse spatiale complexe, etc.) qui requiert l'utilisation d'un SIG Bureautique performant déjà connu par les utilisateurs ;
  • Les APIs de Google Maps (carte routière, image satellite, itinéraire non-urgent) comme complément d'information dans nos applications de cartographie telles que le GOLOC.

De plus, comme le nouvel environnement des serveurs de géomatique s’oriente vers Linux OpenSuse et que les postes de travail peuvent être sous Windows ou Linux, la possibilité de passer d’un environnement à un autre sans trop se casser la tête est cruciale. Les différences étant seulement du côté serveur, les utilisateurs n’ont vu aucune différence lors de la migration de certaines composantes géomatique dans Windows (ex. ms4w) vers Linux. Lors d’un prochain billet, l’expérience de la phase de migration de cet environnement de géomatique au MSP sous Windows vers Linux sera détaillée.

Enfin, l’équipe de géomatique démontre une fois de plus que le mariage logiciel libre et propriétaire en géomatique ne sont pas incompatibles, le défi est de tirer le meilleur de ces  deux mondes en fonction des besoins et ressources en place.

Lire plus

45 % des communautés locales utiliseraient le "Cloud"

Selon un sondage réalisé auprès de décideurs des TI des communautés locales aux États-Unis, 45 % des communautés locales utilisent dans une forme ou une autre le “Cloud computing” ou  l’informatique dans les nuages. Dans ce même sondage, 87 % des répondants ont dit qu’ils l’ont fait pour des raisons de réduction d’effectif, de l’entretien et du support, de plus 75 % disent le faire dans l’objectif d’un hébergement web et 72 % pour des applications collaboratives.

Selon l’organisation qui a réalisé l’étude, cela est un changement drastique d’il y a deux ans, puisque cette option était carrément absente dans le milieu. L’informatique dans les nuages, un concept à suivre au Québec également, puisqu’il s’applique autant à l’informatique qu’à la géomatique, tel que l’offre de SpatialCloud : http://www.spatialcloud.com/

Voir ici pour en savoir davantage sur l’informatique dans les nuages.

Lire plus

G.O.LOC : Lauréat Octas 2010

Samedi le 29 mai au Centre des Congrès de Québec, le projet « Gestion des Opérations de LOcalisation et de Cartographie (GOLOC) » du MSP a été nommé lauréat des Octas 2010 du Réseau ActionTI dans la catégorie Solution d’affaire – Logiciels libres : http://www.production-equinoxe.com/octas2010/ et http://www.flickr.com/photos/reseauactionti/4656647988/

Organisé par le Réseau ACTION TI, le concours des OCTAS 2010 est une compétition prestigieuse reconnaissant chaque année les meilleures réalisations dans le domaine des technologies de l’information (TI) au Québec. Pour les nombreux lauréats, il s’agit là d’une occasion exceptionnelle de visibilité auprès de l’industrie des technologies de l’information et des affaires.

En plus du projet G.O.LOC du MSP, la Sûreté du Québec a également emporté un prix dans la catégorie Innovation pour le projet “Service de divulgation de la preuve par Internet (SDI)”. Voir les photos des deux équipes MSP et Sûreté du Québec : http://www.flickr.com/photos/reseauactionti/4657020860/in/set-72157624050446893/

Lire plus

Présentation au Rendez-vous OSGeo-Qc « Service autonome géographique du MSP »

Au moins trois présentations au Rendez-vous OSGeo-Québec abordera la thématique “sécurité publique”, une autre de celle-là est le projet de Service autonome géographique (SAG) du MSP qui inclue un ensemble de logiciels libres intégrés dans un même serveur ou ordinateur portable.

Pour assurer une continuité du service à ces utilisateurs, le MSP doit être autonome en géomatique en cas de panne électrique, de lenteur du réseau Internet, de perte de connexion à un service d’un producteur externe, etc. Le serveur autonome géographique (SAG) a été mis au point pour pallier à ces problèmes et permettre dans des cas extrêmes de pouvoir diffuser de l’information géographique auprès des utilisateurs internes. Le SAG est un serveur de données géographiques qui contient une multitude de couches d’information (accessibles en WMS seulement et en WMS-C) et également une application Web ouverte de localisation géographique (ex. : géolocalisateur) complète et autonome qui permet de localiser un événement sur tout le territoire du Québec sans dépendre de services de données externes. Il est composé entièrement de logiciels libres et gratuits (Linux OpenSuse, Apache, MapServer, PostgreSQL/PostGIS, Tilecache, OpenLayers/MapFish). Les mises à jour des données et logiciels seront transmises à des fréquences établies par le MSP. Il peut être déployé en mode local sur n’importe quel serveur ou poste de travail portable en cas d’urgence (ex. : crise du verglas). En stockant la majeure partie de l’information géographique en mode local, le principal avantage est d’offrir au MSP et ses partenaires une autonomie complète par rapport à ses producteurs de données géospatiales ou à des services externes.

Cette présentation ne manquera pas d’intéressés tous les gens qui œuvrent : en sécurité civile, au sein d’organismes cherchant une suite d’outils autonomes en géomatique, dans des organisations voulant migrer vers des solutions plus ouvertes et standardisées ou des développeurs de services pour des clients ayant des besoins de service autonome.

Lire plus

Rendez-vous OSGeo 2010 : un programme des plus diversifiés !

Le comité organisateur du 1er Rendez-vous OSGeo-Québec, qui se tiendra les 15 et 16 juin prochains à Saguenay, est heureux d’annoncer la publication du programme officiel de l’événement. Composé de plus de 21 présentations issues de la communauté locale et de 5 présentations offertes par des conférenciers invités de l’OSGeo international, ce programme couvre un large éventail de sujets et de préoccupations d’actualité. De présentations introductives à des conférences pointues sur la cartographie en ligne, les bases de données, les outils ETL, la business intelligence géospatiale, etc. en passant par des cas d’utilisation concrets dans différentes organisations, des démarches d’enseignement pour former la relève à ces technologies et des réflexions autour de la commercialisation des logiciels libres et open source, ce programme permet décidément que tout le monde y trouve son compte !

L’inscription au Rendez-vous OSGeo-Qc est en cours et vous pouvez économiser 25% en pré-inscription d’ici vendredi le 30 avril (minuit!). Il est également possible de s’inscrire à l’autre événement, celui du CGQ appelé “VisionGÉOMATIQUE 2010” qui suivra immédiatement le Rendez-vous OSGeo-Qc. Un prix spécial est également offert à ceux et celles qui désirent assister aux deux événements, pour trois jours consécutifs de conférences géomatiques à Saguenay !

Pour plus d’info :

Lire plus

La carte routière de base du MSP en format WMS-C

Thématique des billets de la semaine du 19 avril : Service de cartes de base tuilées (WMS-C)

L’objectif de la carte routière au MSP

Les besoins de notre organisation en matière de carte de base routière (qui sont souvent les mêmes que pour une grande majorité d’organisation publique du Québec) sont très simples.  Nous voulons avoir une carte de base très rapide à afficher, uniforme et mise à jour continuellement, en plus d’être simple à lire pour tous les utilisateurs au sein de notre organisation.  Cette carte devient le cœur de plusieurs produits cartographiques créés pour notre organisation et nos partenaires.

C’est quoi la carte routière ?

La carte routière de base du MSP est un ensemble de 38 couches provenant de base de données multiples, telles que : Adresses Québec, BDTQ, BDTA, BDGA, SDA, toponymes et données mondiales (ex. Digital Chart of the World). Pour répondre à un de nos objectifs de rapidité et de performance, nous avons créer un WMS-C qui répond aux prémisses de base des standards de l’OGC (mais qui reste encore à être officialisé).  Les échelles supportées par le WMS-C vont de 1/600 000 000 à 1/1 000 et peuvent être visualisées dans une application OpenLayers.  Ce service, dont nous sommes très fier, est un monstre de 32 millions de fichiers png en format 8 bits, d’une taille de 130 Gb qui prends environs 35 jours à générer sur 1 serveur à 4 CPU.  Rappelons qu’un WMS-C se compare à une pyramide inversée: plus on agrandit la carte, plus on a d’images pré-générées. Cette carte est disponibles pour être visualisée seulement (il s’agit pas de données brutes).  Cette carte est conforme aux paramètres de la carte Google (projection et couverture), ce qui nous permet aussi de superposer notre carte à celle de Google (carte et satellite). 

Si vous voulez tirer profit (test d’intégration, cartographie web, etc.) de cette carte routière de base du MSP en format WMS-C avec OpenLayers, SVP veuillez nous en informer par courriel avant de l’intégrer dans vos applications : geomsp[a]msp.gouv.qc.ca

Technologies et méthodologie

Les technologies utilisées pour produire la carte est 100% open source et complètement transférables sans coût additionnel à n’importe quelle organisation qui le désire (un billet sur le Serveur autonome géographique ou le SAG  sera publié prochainement).  L’objectif n’était pas d’utiliser des composantes autres que commerciales, mais bien que les projets open source utilisés répondaient mieux à notre besoin.  Nous travaillons d’abord sur les besoins et non pas orienter les besoins au service d’une technologie. De plus, nos choix technologiques sont basés sur un besoin de réplication physique des serveurs à faible coût, car nous devons supporter une architecture distribuée pour des raisons de sécurité et aussi à cause de la nature diversifiée de notre clientèle interne et externe.  Notons également que notre méthodologie d’implantation en silo de nos composantes technologiques nous permettra de migrer à de nouvelles solutions technologiques (ex. normalisées) rapidement et à moindre coût.  Il s’agit là d’un des avantages irréfutables de l’open source.  La figure qui suit montre le fonctionnement de la génération de cette carte routière.

Les technologies utilisées pour produire et utiliser cette carte routière de base sont : PostgreSQL/PostGIS, MapServer, Tilecache (en mode python), OpenLayers, Mapfish et ArcGIS.

Processus de mise à jour

Le processus de mise à jour de la carte routière a été complètement automatisé, soit de l’arrivé des données brutes au MSP jusqu’à la production des tuiles de notre WMS-C.

Les mises à jour des adresses nous sont acheminées à tous les mois par le MRNF et par la suite nous appliquons un traitement qui fusionne les données d’Adresses Québec (MRNF), les données routières (MTQ), le référentiel d’adresse du Directeur générale des élections (DGE) et le fichier de localisation des immeubles du MAMROT, des données d’interpolation d’adresse (MSP) et enfin des données d’historique municipale et d’odonymie (MSP). Ce processus est assez complexe et nous a demandé beaucoup de temps et de discussion avec nos partenaires pour arriver à un résultat très intéressant. Notez que cette fusion de données n’est utilisée que pour faire des recherches d’adresse et de géocodage en lot.

Pour plus d’information ou demander des accès à la carte routière de base WMS-C du MSP, veuillez nous écrire à ce courriel :  geomsp[a]msp.gouv.qc.ca

Si vous voulez tirer profit (test, cartographie, etc.) de la carte routière de base du MSP en format WMS-C, SVP veuillez nous en informer par courriel : geomsp[a]msp.gouv.qc.ca

Lire plus

Les Services de cartographie Web (WMS) au gouvernement du Québec

Thématique des billets de la semaine du 5 avril : Services de cartographie Web (WMS)

Depuis 2006, l’équipe de la géomatique du MSP tire profit des standards ouverts de l’Open Geospatial Consortium (OGC : http://www.opengeospatial.org/), principalement le Service de cartographie Web ou WMS. L’OGC est un organisme international qui chapeaute les standards et formats ouverts en géomatique, plusieurs compagnies de renom mondial sont impliqués dans ce projet, notamment : ESRI, Oracle, Bentley, AutoDesk, PCI Geomatics, IBM, Navteq, etc. ainsi que des administrations publiques, comme l’USGS, GéoConnexions-Ressources Naturelles Canada, la NASA, etc.

Avec l’amélioration de la bande passante et la demande pour plus d’interopérabilité entre les organisations, les services web géographiques ont émergé comme solution pour partager de l’information géographique entre différentes entités administratives et ainsi se connecter à une donnée toujours fraîche du jour. En sécurité publique, ce besoin d’interopérabilité est crucial pour opérer de façon optimale, c’est pourquoi le MSP s’est tourné avantageusement vers le WMS.  Mais qu’en est-il de ce standard ouvert au gouvernement du Québec ? Est-ce qu’il est répandu ou si les ministères/organismes tardent à s’en approprier les avantages ?

En fait, le MSP diffuse déjà avec l’engin cartographique MapServer (http://mapserver.org/ogc/wms_server.html) un grand nombre de couches d’information géographique (plus de 300) en WMS à ses partenaires, mais il n’est pas le seul dans le réseau du gouvernement du Québec. Le ministère des Transports du Québec, l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, la Commission de la protection du territoire agricole du Québec sont parmi les organismes publics très actifs dans la diffusion en WMS à ses partenaires publics québécois. Il y a évidemment d’autres organisations qui sont en préparation ou qui sont en réflexion pour le faire à court terme. Chacun peut utiliser sa propre technologie pour la diffusion (ex. MapServer, ArcGIS Server, Geomedia, MapGuide, etc.), mais en utilisant le WMS, toute application cliente standard (OpenLayers, ArcGIS, MapInfo, JMap, etc.) peut lire ce service web pour visualiser les données en format image, ce qui protège les droits d’auteurs des producteurs de données brutes en vigueur au gouvernement du Québec. De plus, avec la nouvelle approche de collaboration au gouvernement du Québec en géomatique, nommée ACRIGéo (http://www.quebecgeographique.gouv.qc.ca/approfondir/bibliotheque/geoinfo/impression-fevrier-2009.asp), cela va aussi accentuer le partage des informations géographiques des ministères/organismes entre eux à travers des services web géographiques communs et standardisés. Enfin, les deux seuls WMS ouverts au public actuellement sont ceux offerts par le MSP basés sur la Base de données géographiques administratives (BDGA) et la surveillance des crues (http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php?id=1106), les informations techniques sont disponibles pour la BDGA : http://rurl.org/2inv (BDGA) et la surveillances des crues l’url du WMS est le suivant : http://geoegl.msp.gouv.qc.ca/ws/adnInternet.fcgi?service=wms&version=1.1.1&request=Getcapabilities.

S’il existe d’autres initiatives intéressantes dans le réseau du gouvernement du Québec qui méritent d’être partagées, nous invitons les responsables à publier cette information dans la section : “Commentaires” du blogue.

Lire plus

Pourquoi utiliser les données de Google au MSP ?

Thématique des billets de la semaine du 29 mars : Données multisources et géocollaboration

Dans la panoplie de données géospatiales utilisées au MSP, l’équipe de la géomatique en collaboration avec les demandes de ses utilisateurs a décidé de tirer profit des données provenant des services API de Google. Pourquoi avoir fait ce choix si le MSP obtient des données officielles, documentées et mises à jour fréquemment auprès de plusieurs partenaires/producteurs gouvernementaux ? Il y a plusieurs raisons, ce billet va en détailler les avantages.

Voici un des plus beaux exemples de l’utilité de Google : le nouveau site web général du MSP a été lancé ce 30 mars : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/, dans ce site la plupart des applications cartographiques de base, comme les bottins de ressources (ex. sécurité civile, sécurité incendie, police, etc.), sont supportées par l’API de Google : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php?id=583 Pourquoi ? D’abord, nous savions que notre nouvel Environnement de Géomatique Linux (EGL) qui sera de beaucoup plus robuste que l’actuel ne serait pas prêt avant mai 2010, nous avons donc décidé d’intégrer les tuiles et le service API de Google dans le site web du MSP pour la sortie du 30 mars, puisque cette décision n’ajoute aucune pression de plus sur nos serveurs actuels qui sont en phase d’optimisation de performance et de migration vers l’environnement Linux. De plus, lorsqu’EGL sera fin prêt, le changement de Google vers l’API d’OpenLayers avec nos cartes routières de base en TileCache sur le site web en général se fera très rapidement.

Voici certains avantages d’utiliser les données Google et son API au MSP :

  • Permet de valider la géobase d’adresses gouvernementales et ainsi découvrir que dans Google plusieurs secteurs (notamment en zone rurale) au Québec ne sont pas à jour;
  • Offre l’opportunité aux utilisateurs d’avoir une couverture d’imagerie supérieure dans les secteurs urbains de ce qui est offert au sein du Carrefour Géospatial;
  • Offre la flexibilité de diffuser des cartes de base sans ajouter une pression supplémentaire sur l’infrastructure réseau interne;
  • Permet l’exploitation de moteur de recherche puissant, de tuiles rapides à l’affichage et de gestion itinéraire “clef en main”;
  • Offre à nos utilisateurs de voir les cartes de base de Google (Carte, Satellite, Hybride, Relief, etc.), des produits qu’ils connaissent déjà très bien.

Enfin, il y a des désavantages d’utiliser ces données Google et son API dans des opérations au MSP :

  • Ne permet pas l’intégration par l’entremise d’un WMS ou standard ouvert des cartes de bases de Google dans un Système d’Information Géographique (SIG);
  • N’offre pas une qualité de données uniforme et assez à jour pour supporter seul des opérations de sécurité publique;
  • Manque de flexibilité d’utiliser les données et son API à cause de la licence d’utilisation actuelle;
  • Ne permet pas le téléchargement de la données de base en format vectoriel, comme OpenStreetMap.

Lire plus

Billets à venir en mars-avril-mai 2010

Suite à la parution de notre chronique du 29 mars à la une du bulletin GéoInfo intitulée “Les services de géomatique au ministère de la Sécurité publique : des pièces détachées réutilisables!” (http://www.quebecgeographique.gouv.qc.ca/approfondir/bibliotheque/geoinfo/geoinfo-mars-2010.asp), l’équipe géomatique du MSP va publier plusieurs billets dans la foulée de  cet article, soit une thématique par semaine. En voici les détails :

  • Semaine du 29 mars : Données multisources et géocollaboration ;
  • Semaine du 5 avril : Services de cartographie Web (WMS) ;
  • Semaine du 12 avril : Service de cartes de base tuilées (WMS-C) ;
  • Semaine du 19 avril : Service de géolocalisation Web ;
  • Semaine du 26 avril : Interface intuitive ;
  • Semaine du 3 mai : Serveur autonome géographique (SAG) ;
  • Semaine du 10 mai : Prochains développements.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, surveillez nos thématiques à chaque semaine sur le blogue ou sur notre compte Twitter @geomsp. Cela pourrait intéresser autant les ministères, les entreprises privées que les citoyens passionnés de la géomatique.

Lire plus

Le blogue de la géomatique du MSP est en construction !

Cet espace sera utilisé par l’équipe de géomatique du ministère de la sécurité publique du Québec pour diffuser de l’information sur leurs services, leurs innovations technologiques, leurs visions, leurs publications, leurs présences à des conférences d’intérêts, leurs réalisations techniques, leurs trouvailles et bien d’autres ! Ne manquez pas les suites de ce blogue sur la géomatique.

Lire plus